Faire taire le mental

” Ne prenez pas vos pensées trop au sérieux” Eckart Tolle

Nous entendons tous et en permanence une ou plusieurs voix dans notre tête. C’est la voix de nos pensées, des dialogues sans fin dont nous n’avons même pas conscience, qui nous fatiguent, nous encombrent, nous stressent.

Notre pensée imagine la vie, et notre mental nous joue des tours : des scénarios catastrophes, des inquiétudes, de l’anxiété, de l’angoisse pour des projections dans le futur qui n’existent pas !

Prendre conscience de son dialogue intérieur

Le cerveau génère 80 000 pensées par jour ! Heureusement nous ne focalisons que sur quelques-unes d’entre elles, la plupart s’invitent dans nos têtes sans même y avoir été invitées, de façon inconsciente.

L’objectif est de constater la présence de ce dialogue intérieur en vous, de ces pensées qui circulent, sans jamais s’arrêter, comme un hamster dans sa roue.

La meilleure façon de constater leur présence est de les observer, posément, sans émettre de jugement. Les observer, c’est aussi vous observer vous-même en train de penser, et d’observer en conscience vos pensées passer.

Repérer ses pensées

On peut observer les pensées qui nous habitent et essayer de comprendre comment et pourquoi elles sont venues, et à qui elles font référence.

Ces pensées peuvent trouver leurs origines dans d’anciennes souffrances, ou encore dans des discours entendus qui ont générés en nous en mal aise, voir un mal être …

S’en apercevoir nous libère car nous réalisons dès lors qu’elles ne sont plus appropriées, et inutiles dans ce que l’on a à vivre aujourd’hui.

Il peut aussi s’agir de conflits non résolus que nous devons comprendre pour mieux s’en détacher. Cela peut demander un travail personnel.

Mais lorsque nous comprenons comment et pourquoi une pensée est présente en nous, nous pouvons nous en défaire définitivement.

Être vigilants

Prendre conscience de ses pensées nécessite de la vigilance, ce qui est difficile au début puisqu’elles sont automatiques. La méditation est en excellent moyen de prise de conscience des pensées dont nous n’avons pas conscience.

Et plus nous mettons en œuvre ce processus de “débusquer les pensées” plus nous pouvons les repérer avant qu’elles ne deviennent nuisibles.

Interrompre le flot des pensées : STOP

Observer régulièrement ce qui se passe dans notre tête nous permet de ne plus être submergés en permanence par le flot incessant de nos pensées.

Pour cela, la petite méthode du STOP (Se Taire Observer Patiemment) peut être très utile : Arrêter ce que l’on fait, fermer les yeux, respirer et observer pour mieux accueillir. Le calme intérieur les fait  alors disparaître.

Moment présent

Pour faire taire les pensées, on peut aussi vérifier si elles font référence au passé ou au futur, ce qui est pratiquement toujours le cas.

Les pensées lies au passé n’ont plus lieu d’être et celles liées à des projections dans l’avenir ne sont pas réelles. La vie se déroule ici et maintenant.

État d’unité

En faisant taire le mental nous nous rapprochons de notre être véritable, nous pouvons sentir notre propre présence. Au début le silence intérieur est de courte durée, mais petit à petit nous pouvons apercevoir notre intériorité, la reconnaitre dans son unité.

C’est à ce moment-là que nous sommes entièrement présents à nous même.

Revenir en haut de page